Acte I : un engagement commun pour les accords sur le climat

Le 21 novembre 2017, Renaud Muselier a ouvert l’acte I de Méditerranée du Futur. Autorités nationales et locales, chercheurs, chefs d’entreprises, représentants de la société civile et organisations non-gouvernementales ont affirmé leur engagement solennel de renforcer la coopération pour la protection du patrimoine naturel commun et la mise en œuvre des accords sur le climat.

« Faire de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, la vitrine des accords sur le climat, l’acteur incontournable du partenariat méditerranéen. » En exposant, les raisons premières et essentielles de la tenue de l’acte I de la Méditerranée du Futur consacré au climat, le Président de la Région a souligné les enjeux internationaux d’un défi commun.

La zone méditerranéenne est en effet un espace cohérent pour la mise en œuvre des engagements figurant dans les accords sur le climat. Une coopération active entre voisins méditerranéens et européens est nécessaire pour faire face aux nombreux enjeux : changement climatique, pollution, biodiversité marine, développement urbain, sécurité maritime, mais aussi crises migratoires et humanitaires…

D’Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies (message vidéo projeté), à Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, du Prince Albert II de Monaco à Corinne Lepage, ancienne ministre de l’Environnement et présidente de Cap21, les personnalités ont tour à tour salué l’initiative de Renaud Muselier et conforté l’importance du rôle de la Région Sud dans l’impulsion et l’animation d’une relance décisive du partenariat méditerranéen.

En décembre 2017, la Région Sud confirmait son engagement en faveur des accords sur le climat en lançant le Plan Climat régional articulé autour de 5 axes et 100 initiatives. L’objectif est d’atteindre la neutralité carbone en Provence-Alpes-Côte d’Azur en 2050.